Directrice générale de la société Miss France, Sylvie Tellier sort un livre retraçant les 100 ans du concours de beauté. L’occasion pour elle de dire ce qu’elle penserait si sa fille Margaux se présentait à l’élection.

Depuis maintenant 100 ans, Miss France attire chaque année de nombreuses candidates qui multiplient les concours régionaux dans l’espoir d’obtenir un jour l’écharpe de reine de beauté nationale. Un rêve qu’a eu Sylvie Tellier, qui est devenue en 2002 la 72ème Miss France, qui a pu continuer plusieurs années après son aventure en tant que directrice générale de la société. Et malgré les polémiques qui entourent le concours, et les critiques à propos des règles strictes à qui l’on reproche de ne promouvoir qu’un certain type de femme, beaucoup de petites filles rêvent encore de devenir Miss France. Sauf la fille de Sylvie Tellier.

Dans les colonnes de Closer, en kiosque vendredi 20 novembre, l’ancienne Miss France a en effet confié que pour le moment, sa fille Margaux est bien loin de vouloir être reine de beauté un jour. « Ma fille a 6 ans et, pour le moment, elle rêve plutôt d’être boulangère, astronaute ou reine des neiges ! », plaisante ainsi Sylvie Tellier. Un mal pour un bien pour le moment, étant donné que tant que sa maman occupera le poste de directrice générale, la petite Margaux ne pourra pas se présenter. « Aujourd’hui le règlement n’autorise pas de se présenter à l’élection si l’un des membres de sa famille travaille pour l’organisation Miss France », rappelle-t-elle.

Sylvie Tellier elle-même à l’origine de cette fameuse règle

Un rêve que la fille de Sylvie Tellier devra donc pour le moment mettre de côté pour des raisons de règlement, mais qui, si un jour l’envie l’en prenait de se présenter, pourrait compter sur le soutien et les conseils avisés de sa maman. « Quoi qu’il en soit, je la soutiendrai dans ses choix », assure ainsi l’ex-reine de beauté, qui est à l’origine de cette fameuse règle. Toutefois, ce n’est pas pour sa fille Margaux, mais pour sa sœur que Sylvie Tellier avait fait inscrire cette règle. « Parce que quand j’ai été élue Miss France, tout le monde la croisait dans la rue et lui disait ‘et toi, c’est pour quand ? Tu te présentes ?' », s’était-elle souvenue en 2019, et de préciser : « Je n’ai pas envie que l’on dise à ma fille : ‘alors, tu seras Miss France 2042 ? ».