Le 31 octobre 2020, le célèbre comédien Sean Connery rendait son dernier souffle. Ua drame pour son épouse, Micheline Roquebrune, qui doit maintenant faire face à des accusations pour une affaire qui remonte aux années 90.

Micheline Roquebrune, la veuve de Sean Connery, aurait voulu faire son deuil en toute tranquillité. Le 31 octobre 2020, son époux rendait effectivement son dernier souffle, laissant derrière lui l’amour de sa vie. Seulement, les prochains mois de Micheline Roquebrune, âgée de 91 ans, pourraient très mouvementés. Selon les informations de The Sun; la veuve du célèbre comédien pourrait être confrontée à un procès concernant une affaire qui remonte aux années 90. Elle pourrait être entendue par la justice espagnole. En tout cas, cette dernière devrait lui faire parvenir une inculpation pour qu’un procès puisse commencer. « D’anciennes demandes ont été envoyées deux fois aux Bahamas pour notifier à Micheline les poursuites judiciaires et le procès ordonné par le tribunal, mais les autorités espagnoles n’ont pas encore reçu de réponse« , rapporte une source dans le tabloïd. Des propos qui n’ont « aucun sens » selon Micheline Roquebrune.

L’affaire concerne la vente d’une villa de luxe dans la station balnéaire de Marbella; par Sean Connery dans les années 90. La magnifique villa avait été vendue en 1999 pour 6,5 millions d’euros avant d’être transformée en immeuble de résidences de luxe. Alors que la justice lui avait réclamé une caution de 10,2 millions d’euros « pour faire face à sa possible responsabilité civile« ; le comédien n’avait pas répondu à cette demande. De plus, Micheline Roquebrune était poursuivie en Espagne pour fraude fiscale présumée lors d’une opération immobilière, à Marbella. Des faits que la veuve nie en boucle. Selon elle, les accusations de The sun n’ont « aucun sens« .

Pour Micheline Roquebrune, les affaires ne semblent pas terminées

Si pour Sean Connery, l’affaire avait été classée sans suite, ce n’est pas le cas pour son épouse. Selon le parquet espagnol, l’artiste-peintre française aurait utilisé une société-écran pour frauder le fisc en 2006 à hauteur de 7,6 millions d’euros. Une affaire qui ressort alors qu’elle espérait seulement faire son deuil et profiter des dernières années de sa vie.