Tandis qu’une source a révélé au Sun que le prince Harry allait prochainement revenir en Grande-Bretagne, beaucoup spéculent déjà sur ce retour quelque peu inattendu. Et la raison ne serait autre que financière.

Le prince Harry bientôt de retour ? Il y a quelques semaines, une source royale révélait au Sun qu’Elizabeth II avait demandé à son personnel de préparer la demeure de Frogmore Cottage pour le retour prochain du prince Harry au Royaume-Uni. Et si le duc a souhaité renouer avec ses terres natales, ce n’est pas principalement pour renouer avec sa famille, toujours irritée par son départ pour la Californie, mais bien pour échapper… au fisc américain. Arrivé le 7 mai dernier aux Etats-Unis, l’époux de Meghan Markle arrive bientôt au terme de ses 183 jours que lui accordent un visa classique. Après quoi, l’administration va scruter ses revenus de près.

Comme le précise Point de vue, en kiosque mercredi 21 octobre, après cette période, les revenus du prince Harry, aux Etats-Unis mais aussi à l’étranger, feront l’objet d’un calcul afin qu’il s’acquitte d’impôts. Sa conférence à Miami en février dernier, qui lui a rapporté près d’un million de dollars, son contrat avec Netflix, mais aussi l’argent provenant de ses actifs en Grande-Bretagne et l’aide financière du prince Charles. « Vous pouvez être certains que les services fiscaux suivent cela de très près », admet un avocat américain au Daily Mail.

Un nouveau Noël sans Harry et Meghan

Si pour le moment le retour du prince Harry n’a pas été confirmé, il se trouve que Meghan Markle et Archie n’ont quant à eux même pas été mentionnés, ne faisant donc probablement pas partis du voyage. Une triste nouvelle pour Elizabeth II qui n’a pas vu son arrière-petit-fils depuis maintenant un an, et qui devra également se passer de lui à Noël. Mais ce retour sera pour elle l’occasion de mettre les choses au clair avec le duc de Sussex, qui la met depuis plusieurs mois dans une situation embarrassante à cause de ses prises de position dans la campagne présidentielle américaine. Ce qui pourrait coûter au prince Harry une carte verte, qu’il pourra demander au bout de deux ans, mais aussi, un passeport diplomatique, qui l’exempterait de tout impôt.