Melania Trump laisse enfin son mari lui monter de l’affection. Donald Trump et son épouse sont apparus très proches, enlacés, lors d’un déplacement dans le Maryland, le 27 octobre 2020. Ce rapprochement tactile est-il à relier à l’élection imminente ?

En quatre ans, on a rarement vu Donald et Melania Trump très proches. À quelques jours seulement de l’élection présidentielle américaine, le couple présidentiel se décide enfin à montrer quelques signes d’affection. Amour véritable ou moyen de communication ? Pour l’heure, on sait juste que le président américain et son épouse sont apparus enlacés sur la base Andrews, devant l’immense avion Air Force One.

En trench et Louboutins, Melania a laissé Donald Trump lui déposer un tendre baiser sur sa joue droite. Des images qui détonnent avec le reste de leurs apparitions. Souvent absente, peu influente sur la scène médiatique, victime des indélicatesses de Donald Trump, l’ancien mannequin n’a souvent été que l’ombre de son mari. Sur plusieurs vidéos, on voit qu’elle repousse sa main et qu’elle marque une certaine distance avec son homme. À force de faire office de figuration, de nombreuses rumeurs sont nées sur les réseaux sociaux, disant que la première dame est parfois remplacée par un sosie.

« Je ne suis pas toujours d’accord avec la façon dont il dit les choses »

À quelques jours du scrutin – qui risque bien de tourner en faveur de Joe Biden -, Melania Trump avait enfin assisté à un meeting de son mari. Celle qui avait contracté le Covid-19 a fait un discours à Atglen, en Pennsylvanie, le 27 octobre dernier. « Je ne suis pas toujours d’accord avec la façon dont il dit les choses. Comme beaucoup d’entre vous, j’ai fait l’expérience directement des effets du Covid-19, non seulement comme patiente mais aussi en tant que mère et épouse inquiète. Mais je sais que beaucoup de gens ont perdu des êtres chers ou connaissent des personnes touchées à jamais par cet ennemi silencieux. Les pensées et les prières de ma famille vous accompagnent tous pendant cette période difficile », avait-t-elle déclaré, face à 300 personnes. Une touche d’humanité bien nécessaire au discours de Donald Trump.