Ce mercredi 16 décembre, Evelyne Thomas reçoit Malika Ménard dans son émission.

Pendant cet entretien, la Miss France 2010 a accepté de revenir sur l’agression sexuelle qu’elle a subie à l’âge de 5 ans par le fils de la nounou qui la gardait à l’époque avec son frère. Elle a ainsi expliqué quel a été le déclic qui lui a permis d’en parler à sa mère.

Le 28 septembre dernier, Evelyne Thomas a débarqué sur Non Stop People pour présenter une toute nouvelle émission dans laquelle elle reçoit une personnalité pour parler avec elle de sa vie aussi bien professionnelle que personnelle. Ainsi, Danièle Evenou lui a raconté ce jour où son mari a sorti sa culotte devant François Mitterrand, l’ancien président de la République. Quant à Vincent Mc Doom, il s’est remémoré son entrée dans « La Ferme Célébrités » avant de parler du viol qu’il a subi à l’âge de 9 ans. Chantal Goya était elle aussi revenue sur son enfance, racontant ce jour où elle a sauvé son père de la mort.

Ce mercredi 16 décembre, Evelyne Thomas reçoit Malika Ménard dans son émission. Dans un extrait inédit, la Miss France 2020 raconte l’agression sexuelle dont elle a été victime à l’âge de 5 ans par le fils de sa nounou. « J’étais chez cette nourrice à partir de mes 3 ans jusqu’à mes 5 ans. Ça a débuté, j’avais 5 ans, jusqu’à 6 ans. Un jour, j’ai décidé de parler à ma mère et on a arrêté évidemment d’être chez cette dame », confie-t-elle.

« Elle les invite le lendemain chez nous… »

Dans la suite de l’entretien, Malika Ménard raconte comment elle en a parlé à sa maman. « Je l’ai écrit avec beaucoup de pudeur, je n’ai pas raconté de détails (…) Le premier souvenir que j’ai, c’est qu’au bout d’un moment, c’était trop. Ma mère partait travailler tôt le matin, elle nous mettait chez la nourrice. Elle nous récupérait tard le soir, plus le samedi. On n’avait que le dimanche où on était que tous les trois, avec ma mère et mon frère. Ma mère vient nous chercher un samedi, et elle les invite le lendemain chez nous (NDLR, la nounou, son fils et son mari), dans notre maison, notre cocon. Et là, la petite fille s’est dit : ‘C’est trop. Je peux le supporter dehors, mais chez moi, dans mon intimité (…) je ne peux pas’ (…) J’ai dit à ma mère, je lui ai raconté », dit-elle.

Quelle a été la réaction de sa maman ? « Ma mère ne parle pas trop, elle n’explique pas trop. Elle a eu une forme de réaction qui est la sienne », confie-t-elle. Cette dernière n’avait pas porté plainte à l’époque.