Lola Marois était l’invitée de Jordan de Luxe ce mercredi 2 décembre dans l’émission « L’instant de Luxe ». La femme de Jean-Marie Bigard est revenue sur les pires moments de sa vie, notamment lorsque l’humoriste a frôlé la mort.

Depuis plusieurs années, Lola Marois et Jean-Marie Bigard filent le parfait amour. Mais si le couple est toujours aussi soudé depuis son mariage en 2011, les deux tourtereaux ont vécu des moments difficiles. Invitée sur le plateau de l’émission « L’instant de Luxe » sur Non Stop People ce mercredi 2 décembre, Lola Marois est revenue sur les pires moments de sa vie.

Et en premier lieu, elle a évoqué ses enfants : « Le pire moment de ma vie ? C’est pas très dur. Le pire moment de ma vie c’est la naissance de mes jumeaux, bizarrement, qui sont nés à 6 mois de grossesse, qui étaient entre la vie et la mort pendant 2 mois, vraiment très très chaud, qui a donné naissance à un livre qui s’appelle « À demain mes amours« , que j’ai écris à leur naissance pour évacuer ce stress et ce chagrin que j’avais. ‘À Demain, mes amours’, c’est parce que je ne savais pas si j’allais les revoir le lendemain. Je disais ‘à demain mes amours’ en partant de l’hôpital mais il y avait aucune assurance qu’ils soient toujours vivants le lendemain. Donc, on a quand même traversé l’enfer avec mon mari pendant cette période ».

« JE ME DISAIS ‘IL NE VA PAS REVENIR’ »

Lola Marois a également raconté un autre moment compliqué de sa vie, qui concerne cette fois son mari Jean-Marie Bigard :

« Et le deuxième moment le plus dur, juste après vraiment; c’est quand Jean-Marie a fait sa septicémie et qu’il est tombé très malade il y a quelques années; à la suite d’une infection de gencives vous savez il a atterri en réanimation. Là je me suis dit ‘je vais le perdre’. »

Elle ajoute :« J’étais en larmes tous les jours; j’appelais Laurent Baffie qui est notre meilleur ami et tous les jours je l’appelais en larmes et je lui disais ‘lolo je ne vais pas y arriver quoi. Il ne va pas vivre’; Et il était dévasté pour son pote, il essayait parfois de faire quelques pirouettes d’humour parce que c’est un homme brillant qui a un humour ravageur, mais parfois il avait peur pour lui. Il se voulait rassurant mais il a eu peur. Et voilà, les jours ont passé et de fil en aiguille, il s’en est sorti; mais ça a été une période abominable. Je rentrais chez moi le soir, je me disais ‘il ne va pas revenir’ ».