Le 14 septembre dernier, lors du lancement de la 15e saison de « L’amour est dans le pré » sur M6, les téléspectateurs ont assisté au speed-dating de Laurent. Ce dernier a eu un gros coup de cœur pour Charlotte, une maman célibataire de 29 ans. La jeune femme est revenue sur les coulisses de sa rencontre avec l’agriculteur.

L’amour est dans le pré 2020

Journaliste : Qu’est-ce qui vous a motivé à participer ?

Charlotte : Je ne connaissais absolument pas ‘L’amour est dans le pré’, comme je l’expliquais dans mon courrier. Je suis tombée sur le portrait de Laurent par hasard, un soir du 10 mars. Et j’ai écrit.

Journaliste : Qu’est-ce qui vous a plu dans son portrait ?

Charlotte : C’était le côté homme sensible, très famille. Des critères qui sont très importants pour moi. J’ai une petite fille de trois ans donc je me suis reconnue dans son portrait. J’ai envie de refaire ma vie.

Journaliste : Dans quel état d’esprit étiez-vous avant votre speed-dating avec Laurent ?

Charlotte : Déjà, en écrivant mon courrier, je m’étais beaucoup préparée au fait que j’ai 29 ans, je suis citadine. Laurent a 45 ans. Je savais déjà dans quoi j’allais m’embarquer. Après, je n’en attendais rien, dans le sens où par rapport à mon âge, je pensais que c’était trop jeune par rapport à lui. Je lui en avais d’ailleurs parlé dans ma lettre. Bien avant de l’envoyer, j’en ai beaucoup parlé autour de moi, à mes amis, à ma famille pour savoir si je prenais la bonne décision. Tout le monde m’a dit : ‘Si tu veux le faire, fais-le. Fonce !’ Ils ont d’ailleurs tous regardé son portrait.

Journaliste : Comment vous sentiez-vous pendant la rencontre ?

Charlotte : J’étais hyper stressée. C’était sur deux jours. Je savais en arrivant que j’allais me retrouver avec des prétendantes plus âgées que moi, peut-être plus affirmées aussi. Même si je sais que j’ai du caractère, je ne voulais pas qu’on me voie comme une jeune femme de 29 ans, citadine. Je suis passée en dernière. Je les voyais défiler une par une et je me disais : ‘Bon ben voilà, c’est mort’. Ça a été très difficile.

« J’élève ma fille seule »

Journaliste : Laurent a très vite été déstabilisé face à vous… Comment l’avez-vous vécu ?

Charlotte : Il m’a vite rassurée dans le sens où il m’a expliqué pourquoi il m’avait choisie en dernière. Ça n’est pas apparu à l’écran. Il m’a dit qu’il avait eu un coup de coeur pour mon courrier, qu’il lui est resté en tête et qu’il avait ce besoin de me voir en dernière pour justement laisser la chance à tout le monde.

Journaliste : Pendant cet échange, vous apparaissez très émue lorsque vous évoquez votre fille. Qu’est-ce qui vous a touché à ce point-là ?

Charlotte : Ma fille et moi, nous avons eu un parcours un peu difficile. Je me suis séparée du papa à sa naissance donc je l’élève seule. On est très proches, très fusionnelles. Je sais que je suis maman à 100% et ma fille, c’est tout.

Journaliste : Est-ce que vous avez regardé ce premier épisode ?

Charlotte : Oui, je l’ai regardé. Je me suis reconnue, mes proches aussi. Ils ont retrouvé la Charlotte pétillante qui parle beaucoup. J’ai reçu plein de messages, des coups de fil de mes proches qui m’ont dit : ‘C’est toi Charlotte’. Comme c’est passé tellement vite, j’avais des souvenirs très vagues. Comme j’étais hyper stressée, j’ai dit à tout le monde : ‘Je ne sais même pas si j’ai réussi à parler’, j’étais perdue.

Journaliste : À l’issue du speed-dating, Laurent a aussi choisi Emilie. Avez-vous pu échanger avec elle avant vos premiers pas à la ferme ?

Charlotte : On était huit. On a toutes discuté ensemble, mais ce n’est pas une personne avec qui j’ai eu une accroche au speed-dating.

Confidences exclusives recueillies par Clara P. de Non Stop People.