Tandis que tout le monde ne parle que de cette ballerine et égérie; il se trouve que Juliette Gernez a également fait une apparition dans le générique d’une série française très célèbre.

Tout le monde ne parle que d’elle. Depuis plusieurs jours; Juliette Gernez défraie la chronique; et la curiosité se fait sentir autour de cette ballerine et mannequin. Qui en plus d’avoir été élevée au rang de Coryphée à l’Opéra National de Paris; est à 33 ans une mannequin et égérie pour des marques prestigieuses. Mais il est possible que certains téléspectateurs de France 2; l’aient remarqué dans le générique d’une célèbre série française : Dix pour cent. En effet, l’actrice affublée d’un costume d’époque qui rencontre ensuite face aux agents de ASK pour signer un contrat et qui fini sur un tapis rouge à signer des autographes, c’est elle.

C’est Juliette Gernez elle-même qui en 2015 avait dévoilé le générique de Dix pour cent sur son compte Facebook, tandis que son visage était difficile à identifier puisqu’on ne le voit jamais de face ou bien un peu flou. Elle a notamment joué dans un documentaire de l’artiste JR avec Woodkid dans Les Bosquets. Et ce n’est pas première apparition dans une série ou un long-métrage, puisque la danseuse a également tourné avec Loïc Paillard, Arnaud Sadowski et apparaîtra également dans Le petit Spirou de Nicolas Bary, qui lui donnera également le premier rôle dans un projet en cours.

Un petit rôle dans la série de son ex Elie Semoun

Par le passé, Juliette Gernez a également fait une brève apparition dans un épisode des petites annonces d’Elie, diffusées sur France 2, à l’époque où elle partageait la vie de l’humoriste, de 2003 à 2008. Après cinq ans d’amour, c’est elle qui avait décidé de quitter Elie Semoun, ce qui avait laissé ce dernier dans un désarroi total. « Se faire larguer, aimer quelqu’un qui ne vous aime plus, on est tous passés par là, mais ce sont les pires moments, comme une petite mort », avait-il confié à Cosmopolitan, précisant que leur différence d’âge de 20 ans avait pu avoir un rôle dans leur séparation. « Quand on est une sorte de Pygmalion, à un moment donné, la fille veut tuer le père et voler de ses propres ailes, c’est normal », avait-il ajouté.