Alors que le procès pour meurtre de Jonathann Daval a débuté ce lundi 16 novembre; une nouvelle hypothèse a vu le jour; celle d’un possible empoisonnement. Invitée de l’émission C à Vous ce 16 novembre; Marie Peyraube a donné plus d’explications.

Jonathan Daval aurait-il empoisonné sa femme avant son meurtre ? C’est une hypothèse à ne pas laisser de côté. Invitée de l’émission C à Vous sur France 5, Marie Peyraube est d’abord revenue sur le documentaire qu’elle a coréalisé, Daval, la série, puis a ensuite évoqué la possibilité d’un possible empoisonnement. Elle explique, « Il y a plusieurs zones d’ombres dans cette affaire, notamment la thèse de la préméditation, la thèse de l’empoisonnement« .

Si cette hypothèse est mise sur le devant, c’est parce qu’il a été retrouvé « dans le corps d’Alexia et dans ses cheveux, la trace de trois médicaments puissants« , indique la journaliste. Sans donner de noms, elle précise toutefois que l’un d’entre eux est « interdit à la vente depuis 2013« . Une question subsiste donc, « Jonathann aurait-il drogué Alexia durant plusieurs mois avant de la tuer ?« , raconte-t-elle. Elle conclut sans propos en précisant que cette hypothèse va être « au coeur des débats ».

Un mari coupable de meurtre

Les faits se sont déroulés dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017 à Gray-la-Ville en Haute-Saône. Pendant trois mois, Jonathann Daval a joué le mari meurtri par la disparition. Pour rappel,  pendant plusieurs mois, il s’était rendu régulièrement chez ses beaux-parents pour pleurer la mort de sa femme, avant d’avouer le meurtre et l’étranglement de celle-ci. Son procès a débuté ce lundi 16 novembre et il a confirmé à nouveau qu’il était le seul à être impliqué dans ce meurtre après avoir accusé sa belle-famille d’avoir monté un complot contre lui alors qu’elle était à l’origine du meutre de sa femme.

Durant celui-ci, de terribles images du corps d’Alexia Daval ont été montrées. « Un corps allongé au sol; jambes pliées; légèrement écartées, recouvert de débris végétaux en partie brulée« , a déclaré le Dr Grignard, le médecin légiste, indique l’Est Républicain. Selon ce même journal, la diffusion des images a été très dure pour l’informaticien de 36 ans. « Au fur et à mesure, il a littéralement disparu dans son box, on ne le voyait plus. On ne voyait plus que ses cheveux. Même lui n’arrive pas à faire face à l’horreur« , a déclaré Stéphanie Gay la soeur d’Alexia Daval. BFM TV diffusera ce mardi 17 novembre à 21 heures la seconde partie du documentaire dédié à cette affaire, intitulé Daval la série, coréalisé par Marie Peyraube.