Pas vu à la télévision ! Jody, éliminée de « Koh-Lanta 2020, Les 4 Terres » sur TF1 vendredi 30 octobre, a souffert aux îles Fidji. Lors d’une interview exclusive, l’aventurière raconte avoir été malade et fait d’autres révélations à propos de son élimination et de son expérience.

Après le départ-choc de Bertrand-Kamal lors de l’épreuve d’immunité puis celui de Joaquina au conseil, vendredi 30 octobre 2020, c’est Jody qui a été éliminée de Koh-Lanta 2020, Les 4 Terres. L’ostréicultrice de l’Ouest a été virée du jeu de TF1 à la place d’Angélique qui possédait un collier d’immunité. Son départ, les stratégies, son état de santé sur place, la faim… Jody se livre sur son aventure.

Comment avez-vous vécu votre élimination ?

Comme un soulagement. Ça peut être surprenant ! Mais en fait on arrivait à un moment du jeu où il y avait beaucoup de stratégies et de non-dits qui se passaient sur le camp. Et du coup j’ai eu l’impression qu’en m’éliminant, on m’enlevait un petit peu cette épée de Damoclès qui trainait au-dessus de ma tête depuis le départ.

Comprenez-vous les votes contre vous ?

Les votes de Lola et Angélique, je les comprends. On n’avait pas plus d’affinités que ça. Fabrice, on sait depuis le début qu’il a tendance à suivre les filles donc je peux aussi comprendre. Par contre, ça a été surprenant de la part d’Alix de voter contre moi. Elle a voté contre une ex-Jaune alors qu’elle était partie sur une autre stratégie et qu’elle semblait décidée à garder un noyau de Jaunes le plus longtemps possible. Du coup elle renverse un peu le jeu au dernier moment.

Comment expliquez-vous le couac autour des alliances durant cet épisode ?

La réunification entre les Jaunes et les Rouges n’a pas vraiment donné lieu à une équipe blanche finalement. La stratégie de certains Jaunes était de supprimer un maximum de Rouges pour rester entre eux. Puis il y a eu les affinités qui sont entrées en jeu, comme moi avec Brice ou Joaquina. C’est une aventure avec des rebondissements, des bouleversements… C’est un peu compliqué, mais c’est le jeu de Koh-Lanta.

Avez-vous été blessée durant l’aventure, comme Mathieu ou Brice ?

Moi je n’ai pas été blessée. Je réfléchis, mais il ne me semble pas. Après, on se fait toujours des petits bobos, des petites égratignures. Mais je n’ai pas eu de grosse blessure. Par contre, je suis tombée malade. Le fait de ne pas manger fait que le corps s’affaiblit et qu’on tombe plus ou moins malade. On va dire que l’organisme est totalement détraqué, la coco n’est pas forcément un bon apport nutritionnel.

Jody : « Je suis toujours célibataire depuis Koh-Lanta« 

Qu’est-ce qui a été le plus dur pour vous sur le camp ?

La faim a été quelque chose de vraiment très très dur, surtout au départ. Après on arrive un petit peu à contrôler quand même. On se rend compte que la nourriture est une obsession ! On est plus obsédée par la nourriture que par le fait de s’acheter des chaussures. Le manque de nourriture était un calvaire.

Quel a été votre premier geste au retour ?

Je me suis achetée une boîte de chocolats ! Je ne l’ai pas mangée d’un coup parce qu’on ne mange plus comme avant après Koh-Lanta. Mais j’ai savouré un carré de chocolat.

Quel a été le meilleur moment durant le jeu ?

C’était avec l’équipe des Vakara, les Oranges de l’Ouest, quand on était tous ensemble et qu’en fin de compte on était motivés. On n’avait pas à manger, on n’avait rien mais le fait de gagner ensemble, c’était top.

Quel a été le moins bon moment de votre aventure, en dehors de votre élimination ?

Les boules noires ! J’en ai tiré trois d’un coup, quand même ! Ça ne m’a empêchée de participer aux jeux.

Qu’est-ce que Koh-Lanta a changé dans votre vie ?

Ça a changé ma vision des choses par rapport à la société de consommation, surtout par rapport à la nourriture, notamment le gaspillage. Aussi, il y a des personnes qui s’intéressent un peu plus à mon métier. On me pose des questions, les gens découvrent le milieu. Et c’est bien !

Êtes vous un coeur à prendre ?

Niveau personnel, rien n’a évolué depuis Koh-Lanta. Je suis toujours un coeur à prendre.

interview par purepeople