Mercredi 9 décembre 2020 dans TPMP, Cyril Hanouna a tenté de rétablir la vérité sur la présumée soirée durant laquelle Jamel Debbouze aurait insulté Emmanuel Macron. L’humoriste s’est dit « très en colère » !

Mais que s’est-il réellement passé lors de cette soirée organisée par Luc Besson ? Mercredi 9 décembre 2020, dans l’émission Touche pas à mon poste, Cyril Hanouna a tenté d’élucider ce mystère. En effet, selon Corinne Lhaïk et son livre Président cambrioleur, sorti aux éditions Fayard le 25 novembre dernier, l’humoriste Jamel Debbouze aurait fait preuve d’énormément d’insolence à l’égard d’Emmanuel Macron.

À l’époque, l’époux de Brigitte Macron n’est pas encore Président mais s’apprête à rentrer en campagne. Lors d’une soirée organisée par le réalisateur français, le compagnon de Mélissa Theuriau n’aurait pas apprécié que le futur chef d’Etat aborde la question des banlieues. En lui coupant subitement la parole, Jamel Debbouze aurait lâché un : « Tu vas fermer ta gueule » à son interlocuteur. Une scène totalement inventée selon le papa de Léon et Lila.

« Jamel était très en colère, il n’a jamais dit ça »

Pour rétablir la vérité, Cyril Hanouna a donné la parole au principal accusé : « Jamel nous a appelés et nous a dit que c’était faux, que c’était pas vrai », a précisé Cyril Hanouna. Pour l’autrice de Président cambrioleur, l’humoriste n’assume pas ses actes : « Ça m’a été rapporté par un participant qui a assisté à la scène. Soit Jamel a un problème de mémoire, soit mon interlocuteur a un problème », s’est défendue Corinne Lhaïk. Deuxième témoin sur le banc de la défense, Bernard Montiel. En effet, l’ancien animateur de Video Gag a également eu l’humoriste au bout du fil : « J’ai appelé Jamel hier soir, il était très en colère, il n’a jamais dit ça parce qu’il est toujours très respectueux », a-t-il déclaré.

Pour affirmer son propos, Bernard Montiel a également contacté le palais de l’Elysée. Là encore, personne n’aurait entendu parler d’une telle réplique : « J’ai aussi appelé l’Élysée et on m’a dit que c’était impossible. D’autant plus que le Président l’apprécie énormément et qu’ils ont un très bon rapport », a-t-il affirmé. Piquée au vif, Corinne Lhaïk a tenté de se défendre : « C’était dit sur le ton de l’humour et de la plaisanterie, pas de la provoc ». Qui ment ? Qui dit vrai ? Mystère et boule de gum.