Tandis que Boris Johnson a annoncé que les Britanniques devraient se limiter au rassemblement de trois ménages pour les fêtes de Noël, Elizabeth II chercher des solutions afin de rassembler sa famille très nombreuse.

Un Noël pas comme les autres chez les Windsor. Chaque année, Elizabeth II a pour coutume de rassembler ses enfants; petits-enfants et arrières-petits-enfants dans sa demeure de Sandringham pour passer les fêtes de fin d’année. Des célébrations qui sont planifiées bien à l’avance avec un programme toujours inchangé; entre repas de famille, messe de Noël ou encore échanges de cadeaux. Toutefois cette année, la reine va quelque peu devoir revoir ses plans, mais aussi, sa liste d’invités. En effet, tandis que les Britanniques sont de nouveau confinés; le Premier ministre Boris Johnson a déjà annoncé que la limite serait de trois ménages rassemblés par foyer pour les fêtes. Mais Elizabeth II a peut-être trouvé une solution pour contourner cette règle.

En effet, si Richard Eden a déjà confié au Daily Mail que le prince Edward serait convié aux traditionnelles célébrations de Noël, repas compris, avec sa femme Sophie et leurs deux enfants Louise et James, tout comme le prince Charles et Camilla Parker Bowles, il se pourrait que Elizabeth II ait trouvé la solution pour également voir le prince William et Kate Middleton. « S’ils se rendent à Sandringham, leur chasse traditionnelle au lendemain de Noël pourrait encore avoir lieu; ce qui leur permettrait de voir les membres de la famille qui ne peuvent pas les rejoindre la veille de Noël et le jour de Noël »; souligne une source.

Un Noël en toute légalité pour Elizabeth II

Un plan ingénieux pour Elizabeth II, puisque pendant cette période exceptionnelle à cause du coronavirus la plupart des rassemblements en intérieur sont interdits, contrairement aux activités sportives en extérieur qui sont limitées à 30 personnes. Et la chasse étant une activité sportive extérieure; la reine et sa famille passeraient donc les fêtes de Noël dans la plus grande légalité. De quoi rassurer l’épouse du prince Philip; qui s’était montrée « furieuse » lorsqu’il avait été émis l’idée d’un Noël à Windsor, une première depuis plus de 30 ans.