Elizabeth II est très proche de ses petits-enfants, et particulièrement de Beatrice d’York Eugénie d’York. Un lien qui s’est renforcé par les moments difficiles que les deux sœurs ont dû endurer lorsque leurs parents se sont séparés.

En mars 1986, le palais de Buckingham annonçait les fiançailles du prince Andrew et de Sarah Ferguson. Après s’être dit ‘oui’ le 23 juillet de la même année à l’abbaye de Westminster, le couple avait très vite souhaité fonder une famille. Ensemble, le duo a eu deux filles, Beatrice d’York, née le 8 août 1988 et Eugenie d’York, née le 23 mars 1990. Hélas, c’est après six ans de mariage que le duc et la duchesse d’York se sont séparés. Alors les cousines des princes William et Harry n’avaient que 4 et 2 ans. Dans un documentaire diffusé sur Channel 5, l’auteure royale Angela Levin a affirmé qu’Elizabeth II avait été « maternelle » envers ses petites filles lorsque leurs parents s’étaient séparés.

la séparation de leurs parents avait causé des répercussions durables sur les princesses

Revenant des années en arrière, Angela Levin a expliqué : « Il est toujours très difficile pour les enfants de voir leurs parents se séparer. Je pense que la reine s’est peut-être sentie plus maternelle à leur égard et qu’elles ont eu une période très difficile. » De son côté, l’auteur royale Tom Quinn affirme que la séparation de leurs parents avait causé des répercussions durables sur les princesses, qui étaient très jeunes lorsqu’elles ont vu leur famille éclater.

Évoquant le divorce du prince Andrew et de Sarah Ferguson en 1996, il a expliqué : « Beatrice et Eugenie ont eu une enfance très étrange, où leurs parents, à première vue, sont restés amis, mais ont fréquenté d’autres personnes très vite. Et je pense que cela a probablement fait des dommages d’une manière subtile mais durable. Toute la famille est considérée comme une cible facile parce que les parents, on fait beaucoup d’erreurs et que les filles y ont été inévitablement entraînées. »

Beatrice et Eugenie au cœur des conflits familiaux

Suite à leur séparation, Sarah Ferguson a été contrainte de louer un certain nombre de maisons après avoir quitté Sunninghill Park où elle vivait avec le prince Andrew. Richard Kay, du Daily Mail, a déclaré : « Elle avait une série de maisons louées dans le Surrey et le Berkshire dans lesquelles elle a déménagé avec une régularité alarmante, ce qui en soi a dû être déstabilisant pour les filles. » Il ajoutait que les choses étaient également difficiles pendant les fêtes : « Le jour de Noël, Andrew les récupérait et les emmenait à l’église et ils retournaient à la maison de Sandringham pour déjeuner avec leur grand-père et le reste de la famille royale. »