Si les experts sont formelles et ont établi que son chien Curtis était le seul suspect dans la mort d’Elisa Pilarski, le compagnon de la jeune femme a réclamé de nouvelles analyses.

Il ne croit pas à l’implication de son chien dans la mort de sa compagne. En novembre 2019, Elisa Pilarski avait été mortellement mordue dans la forêt de Retz; dans l’Aisne; alors qu’elle promenait son chien Curtis. Et après plusieurs mois d’attente, et des analyses sur de nombreux chiens, les spécialistes son formels : pour eux, c’est le chien de Christophe Ellul, le compagnon d’Elisa Pilarski, qui est le seul suspect dans cette affaire. Ce que le maître de l’animal n’accepte pas du tout.

Selon les informations du Parisien, l’avocat de Christophe Ellul va faire une demande de contre-expertise et dénonce la « condamnation » des experts. « C’est très violent pour lui. Il y a cette idée qu’il aurait menti dès le départ sur ce qui est arrivé à la mère de son enfant. On en fait le coupable idéal », a déclaré Me Alexandre Norion. Pourtant, les morsures identifiées sur le corps de la jeune femme ne feraient aucun doute sur l’implication de l’American Pitbull Terrier. « Le chien Curtis est l’unique auteur des morsures qui ont causé le décès », ont conclu les experts, tandis que selon eux, le chien serait très virulent depuis la mort de sa maîtresse. « Obnubilé » par la morsure, le pitbull aurait un comportement « de prédation détourné de sa finalité » en partie à cause de son dressage, une « forme de maltraitance animale ».

Un chien adopté illégalement aux Pays-Bas

Depuis la mort d’Elisa Pilarski, Curtis a plusieurs fois fait l’objet d’expertise. L’animal,adopté illégalement aux Pays-Bas et qui a mordu Christophe Ellul le soir du drame, a récidivé quelques jours plus tard avec une bénévole de la Fondation Clara, le refuge de Beauvais, dans l’Oise. « Il m’a sauté dessus au niveau de la poitrine. Je le repousse, et c’est à ce moment-là qu’il m’attaque au niveau de la jambe et ne veut pas me lâcher », racontait-elle au Parisien.