Ce lundi 16 novembre, Brigitte Bardot a dévoilé la lettre ouverte qu’elle a envoyé au ministre de la Justice; Éric Dupond-Moretti, afin de prendre la défense de Curtis. D’après des tests ADN; le chien qui aurait mordu sa maîtresse, Elisa Pilarski; il y a un an jour pour jour, serait le seul responsable de sa mort.

Le 16 novembre 2019, un meurtre a défrayé la chronique. Le corps d’Elisa Pilarski a été retrouvé sans vie dans la forêt de Retz, il y a un an. Selon des tests ADN, le chien de son compagnon; Curtis; serait le seul responsable de cette attaque meurtrière; et non les chiens d’une chasse à courre qui étaient également présents sur les lieux. Il est donc condamné à être euthanasié. Ce lundi 16 novembre, Brigitte Bardot a décidé de réagir et a adressé une lettre ouverte au ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, afin de prendre la défense de cet animal. « Curtis est aujourd’hui le coupable idéal, mais nous savons tous qu’une meute livrée à elle-même, comme celle du ‘rallye de la passion’ lors du drame, en l’absence du piqueux malade ce jour-là, représente un danger réel, si les chasseurs étaient moins malhonnêtes ils le reconnaitraient eux-mêmes », déplore-t-elle pour commencer.

« Nous avons besoin de connaître la vérité »

La fondatrice de la Fondation Brigitte Bardot cherche des réponses et s’est directement adressée au ministre de la Justice. Elle l’a interpellé : « Nous avons besoin de connaître la vérité. Cette affaire dramatique a encore bien trop de zones d’ombre sur lesquelles il faut faire la lumière. La peine de mort a été abolie en France, elle ne doit pas être prononcée à l’encontre de Curtis dont la culpabilité est loin d’être établie même si elle arrange tout le monde. » La défenseuse des animaux a finalement tenu à conclure : « Monsieur le Ministre, nous ne saurons peut-être jamais ce qui s’est réellement passé le 16 novembre 2019 en forêt de Retz, mais il serait doublement criminel d’accuser et de condamner à mort un innocent. Malgré nos profonds désaccords, j’espère pouvoir compter sur votre engagement et votre sens de la justice. » Son cri venant du coeur sera-t-il entendu par Éric Dupond-Moretti ?