Sur le plateau de Touche pas à mon poste lundi 2 novembre 2020, Elie Semoun a partagé son point de vue concernant le reconfinement.

Le gouvernement a décidé d’instaurer un second confinement à l’échelle nationale, et pour une durée d’au moins quatre semaines. Entré en vigueur depuis le vendredi 30 octobre 2020, celui-ci ne plaît pas à tout le monde. En effet, plusieurs artistes ont fait part de leur mécontentement sur les réseaux sociaux : leurs concerts ou leurs spectacles ont une nouvelle fois été annulés ou repoussés. Invité sur le plateau de Touche pas à mon poste lundi 2 novembre, Elie Semoun a avoué comprendre l’agacement de ses confrères.

« Je suis triste pour la culture. Dès que des artistes commencent à gueuler contre ça, on passe pour des privilégiés, des extraterrestres… De toute façon on est riche… Alors de quoi on se plaint ? Mais on a le droit de se plaindre. Les tournées ont été annulées mais on n’est pas tout seul. Il y a des gens derrière nous », a-t-il lâché. Puis l’humoriste de 57 ans a révélé être « un peu emmerdé car il y a des gens qui meurent et des gens qui sont malades ». Puis il a conclu : « On ne sait pas s’il faut se plaindre, mais il faut dire les choses. On se demande si ça sert à quelque chose ».

Virginie Hocq, également présente sur le plateau de Touche pas à mon poste, a profité de l’intervention d’Elie Semoun pour rebondir. « Ce n’est pas qu’une passion de monter sur scène. C’est un travail, on l’a choisi. (…) On ne savait pas qu’on serait contré par ce genre de virus. C’est toute une équipe qui est au chômage », a-t-elle précisé.

Confinement : Elie Semoun n’en est pas à son premier coup de gueule 

Ce n’est pas la première fois qu’Elie Simoun révèle voir d’un mauvais oeil le confinement. Au mois de septembre dernier, après avoir annoncé la mort de son père, il s’était insurgé contre les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la Covid-19. Il faisait savoir que, selon lui, le confinement avait mis fin aux jours de son père. « Je dois rendre publique que l’arrêt obligatoires de nos visites à son Ehpad durant deux mois a accéléré son déclin, déjà fragilisé par Alzheimer », avait-il écrit sur Instagram.