Les grilles du programme télé bougent, ce mercredi 21 octobre 2020. Les téléspectateurs, habituées à leur épisode de la série « Demain nous appartient » sur TF1, vont devoir regarder autre chose.

Il va falloir se passer des folles aventures sétoises signées TF1, le mercredi 21 octobre 2020. Mais c’est pour une cause juste. La France se recouvrira de silence par respect pour Samuel Paty, le professeur décapité, victime d’un attentat islamiste après avoir montré des caricatures de Mahomet issues du journal Charlie Hebdo en classe d’Histoire-géo. L’enseignant aura droit à un hommage national à 19h30 à la Sorbonne, alors que ce type d’évènement se tient habituellement aux Invalides. Un lieu de transmission du savoir et des valeurs, « emblématique de ce que Samuel Paty incarne aujourd’hui« , explique Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports.

TF1 va rattraper son retard

Forcément, le programme télé s’en retrouve bouleversé. En raison des restrictions sanitaires, seuls 400 invités seront attendus à la Sorbonne, dont une centaine d’élèves d’établissements d’Ile-de-France. Le public pourra suivre la cérémonie à distance grâce à deux écrans géants installés devant la Sorbonne, mais également en restant à domicile en se branchant sur TF1. C’est pourquoi Demain nous appartient devra attendre. « Important, pas d’épisode mercredi soir, prévient la chaîne sur le compte Instagram de la série. Mais double dose jeudi avec deux épisodes enchaînés à partir de 18h30. »

Samuel Paty, légion d’honneur à titre posthume

Outre l’hommage national, les mots de notre président de la République et les différentes minutes de silence organisées à travers le pays, l’enseignant du collège du Bois d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine, aura droit à un nouvel honneur un peu plus tard. Le 2 novembre prochain, Samuel Paty recevra la légion d’honneur à titre posthume, comme l’a annoncé Jean-Michel Blanquer sur RMC-BFMTV. « Il sera fait commandeur des palmes académiques, précise-t-il. C’est emblématique car c’est l’ordre qui va avec les professeurs et le monde de l’éducation, et le martyr de Samuel Paty vaut bien cette reconnaissance de son institution. » Une minute de silence et une « séquence éducative » auront également lieu, ce même jour, dans tous les établissements « sans exception« .