Ce samedi 31 octobre, le quotidien Le Temps a publié une longue enquête concernant Darius Rochebin. Le journaliste de LCI est accusé de harcèlement sexuel.

Un véritable travail d’investigation. Ce samedi 31 octobre, le quotidien suisse Le Temps a publié un long papier concernant Darius Rochebin. Dans l’enquête en question, les journalistes font état de « gestes déplacés« ; de « propos salaces » et « d’utilisation de fausses identités sur les réseaux sociaux » de la part de Darius Rochebin; quand il était encore présentateur pour la Radio Télévision Suisse (RTS). Une chaîne qu’il a quittée pendant l’été 2020, pour rejoindre LCI en août; où il anime du lundi au jeudi une émission d’interviews.

Dans son papier, Le Temps a réuni une trentaine de témoignages, d’hommes et de femmes. Qui relatent des faits de harcèlement sexuel et des « comportements déplacés« . Les langues se sont déliées, dénonçant des « mains glissées sous les chemises de collègues masculins, [des] allusions salaces récurrentes ou encore [une ]proximité avec de jeunes hommes sont régulièrement évoquées« . Le journal affirme que Darius Rochebin aurait également utilisé son influence pour attirer de jeunes étudiants désireux de devenir journalistes, sur la Toile.

Des témoignages forts

Une employée de la RTS explique avoir croisé le chemin de Darius Rochebin un soir de 2014 : « J’ai croisé Darius Rochebin qui sortait de l’ascenseur. On a fait quelques pas ensemble dans un couloir vide en discutant du boulot. Subitement, il a pris mon visage dans ses mains et a essayé de m’embrasser. » Une autre employée est revenue sur le soirée du Nouvel An de 2006 : « Il s’est rapproché de moi, je l’ai pris par l’épaule pour lui faire la bise, il a saisi ma main libre et l’a fermement posée sur ses parties génitales. »

La défense de Darius Rochebin

Quelques heures après la publication de l’enquête; Darius Rochebin a réagi via son avocat dans un courrier envoyé à l’Agence France-Presse. « Jamais je n’ai fait l’objet d’une plainte. Jamais je n’ai eu de relation non consentie ou illicite. Je me battrai donc contre tous les amalgames, les ragots ou les insinuations dont je suis victime et j’examine avec mon avocat la suite judiciaire que je donnerai« , s’est défendu le journaliste de 53 ans, rapporte Le Monde.