Comme chaque mois d’octobre depuis la naissance de sa fille Pippa en 2016, l’actrice Caterina Scorsone prend part à la campagne de sensibilisation annuelle au syndrome de Down. Cette année encore, la star de « Grey’s Anatomy » a confié son bonheur familial dans une nouvelle interview.

Caterina Scorsone est l’heureuse maman de trois filles; Eliza (8 ans); Pippa (bientôt 4 ans) et Lucky (10 mois), nées de son mariage récemment terminé avec Rob Giles. Dans une nouvelle interview accordée au magazine People, le 28 octobre 2020, l’interprète du Dr. Amelia Sheperd dans la série Grey’s Anatomy s’est confiée sur sa vie de famille épanouie et ce, malgré le handicap de sa fille Pippa, atteinte de trisomie 21.

Quand ma fille Pippa est née, j’ai eu peur

« Quand ma fille Pippa est née, j’ai eu peur. Je ne connaissais rien au sujet de la trisomie 21, l’actrice canadienne de 39 ans a-t-elle affirmé. Tout ce que je savais à propos du syndrome de Down était que les gens en avaient peur, donc je me suis dit que je devais l’être aussi. » Caterina Scorsone a rapidement changé sa perception de cette maladie génétique : « C’est soudainement devenu clair comme du cristal. Il n’y a pas d’être humain standard ou parfait. La mesure de la perfection est arbitraire et imposée au service de ceux qui y corresponde. Ma fille est parfaite. Exactement telle qu’elle est. Tout comme vous, et comme moi. La seule façon de perdre de vue cette perfection est de la chercher ailleurs. »

La comédienne explique pouvoir compter sur le soutien d’autres familles s’occupant d’enfants handicapés et ainsi rejoindre une communauté soudée et chaleureuse. « La naissance d’un bébé avec le syndrome de Down doit être célébrée et non crainte« , Caterina Scorsone a-t-elle ajouté. Une vie de famille, désormais en tant que mère célibataire, dont elle partage régulièrement des extraits avec ses fans sur Instagram.

« J’aimerais pouvoir montrer à tout le monde la joie, la douceur et l’amour qui ont grandi dans notre famille depuis la naissance de Pippa »; la star avait-elle notamment confié en octobre 2019 sur le réseau social. « Il n’y a ni livre, film ou conversation que j’aurais pu avoir avec ma fille aînée qui lui aurait enseigné l’amour et la perspective d’avoir une soeur différente. »