;Le week-end a été chargé pour l’exécutif. Quelques jours après avoir annoncé un nouveau confinement, les petits commerçants sont en colère. Pour les calmer, Bruno Le Maire devait prendre la parole dès samedi 31 octobre 2020, mais c’est finalement Jean Castex qui l’a fait le lendemain.

Ils ont peur pour leur avenir. Alors que la France est confrontée à une nouvelle vague du coronavirus sans précédent, le gouvernement a été dans l’obligation de prendre une décision radicale en annonçant un deuxième confinement. Comme lors du premier, les petits commerces doivent fermes leurs portes. Seulement, cette fois-ci, ils ne veulent pas se laisser faire et ont décidé de monter au créneau. Ils sont nombreux à avoir faire part de leur colère. Alors que des maires ont autorisé la réouverture de ces magasins dans leur village ou ville, l’exécutif a dû trouver un compromis pour les faire fermer tout en les rassurant. Ainsi, selon les informations du Parisien, durant tout le week-end, Jean Castex et Bruno Le Maire ont retourné la question dans tous les sens pour tenter d’éteindre cette polémique.

Tous les deux, ils ont multiplié les visioconférences avec les fédérations professionnelles, associations de maires et patrons de grandes surfaces. Seulement, il semblerait qu’entre le Premier ministre et le ministre de l’Economie, la communication ne soit pas bien passée. Alors que Bruno Le Maire devait être sur le plateau du 20 Heures de France 2 samedi 31 octobre 2020; il a dû annuler sa venue à la dernière minute; sur ordre de Matignon. « Castex voulait montrer que c’est lui qui a la main sur les annonces et continuer de mettre en scène les consultations au cours du dimanche« ; a fait savoir un pilier de l’exécutif.

Cafouillage au sein de la communication entre Bruno Le Maire et Jean Castex

C’est donc le chef du gouvernement qui a pris la parole le lendemain; mais lors du 20 Heures de TF1 pour annoncer officiellement la fermeture rapide; « des rayons de produits qui ne sont pas de première nécessité » dans les grandes surfaces. Une annonce qui est un peu passée au second plan puisque Bruno Le Maire l’avait déjà évoquée quelques heures plus tôt sur BFMTV. Preuve donc d’un léger cafouillage au sein de la communication de l’exécutif.