Lors d’un grand entretien avec François Busnel et diffusé sur France 2 mardi 17 novembre, Barack Obama a révélé quelle critique lui fait régulièrement son épouse Michelle à propos de sa façon de parler.

Barack Obama a beau avoir été le 44ème président des États-Unis et ce pendant deux mandats, il n’est pas exhorté d’avoir quelques défauts, dont un qui lui a été plusieurs fois reproché lors de débats, ou encore d’interviews : sa façon de parler. Et sa femme Michelle ne manque d’ailleurs jamais de lui faire cette critique. Dans un entretien accordé à François Busnel à l’occasion de la sortie du premier tome de ses mémoires, Une terre promise, mardi 17 novembre, l’ancien président s’est confié sur ce reproche que lui fait souvent son épouse.

« Parfois on me critiquait parce que j’étais trop professoral, que je prenais trop de temps pour expliquer les choses, les décrire, et elle me dit toujours, ‘allez vite, vite’, précise-t-il. Michelle me dit parfois, ‘les gens ne veulent pas entendre ça tu sais, vas-y dis leur ce que tu vas faire' », a-t-il expliqué lors de son entretien accordé à France 2. Une critique amusante quand on sait combien Michelle et Barack Obama partagent une belle complicité, et qui prouve que l’ex-First Lady n’a définitivement pas sa langue dans sa poche.

Michelle Obama « pas prête à pardonner » Donald Trump

Tandis que Donald Trump ne veut toujours pas reconnaître sa défaite face à Joe Biden, Michelle Obama s’est souvenue sur son compte Instagram de la passation de pouvoir entre son mari Barack et son successeur en 2017. « Mon mari et moi avons donc demandé à notre personnel de faire ce que George et Laura Bush avaient fait pour nous : diriger une passation de pouvoirs respectueuse et transparente – une des caractéristiques de la démocratie américaine », a-t-elle souligné, tandis qu’à l’époque, elle avait développé pour Donald Trump qui « avait répandu des mensonges racistes sur [s]on mari qui avaient mis [s]a famille en danger ».

« Pas prête à pardonner », elle avait su « mettre sa colère de côté » afin de recevoir Melania Trump et répondre à ses questions quant à son rôle de First Lady. « Je savais dans mon cœur que c’était la bonne chose à faire – parce que notre démocratie est tellement plus grande que l’ego de quiconque », a-t-elle souligné. Et un souvenir intact même quatre ans après son départ de la Maison Blanche.